« JOHNNY BIG OUG » Mon HOMMAGE à CHUCK BERRY

Posté par jeanpierreblanpain le 19 mars 2017

johnny big oud.92x73

Publié dans VIE QUOTIDIENNE | Pas de Commentaire »

BOUTONS

Posté par jeanpierreblanpain le 14 mars 2017

Y-a-t-il encore des gens qui comptent les moutons pour s’endormir plutôt que d’avaler un Rohypnol ? Ce matin, moi, c’était pour me réveiller que j’ai essayé de compter les boutons. Les boutons d’un costar de François Fillon. Voyons,  deux devant, deux ou trois à chaque bas de manche, un à l’intérieur pour la poche « briquet ». Cinq pour la ceinture et braguette du falzar. Mais mon interrogation première n’était pas le nombre de boutons mais leur prix. Combien coûte un bouton dans un costar à 13000 euros ?

Dimanche, nous chinions dans un vide grenier. Lily ma fille s’est offert une salopette en excellent état à 2 euros qu’elle a payé avec ses sous. Et moi, un dvd : « Sur les quais » de Elia Kazan avec Marlon Brando  un film que j’avais vu gamin, il date  de 1954  mais j’étais grand ado quand je l’ai vu. Je l’ai eu  pour 50 centimes d’euro, sans marchander. Une affaire. Bon prince, je l’ai payé en liquide. Ce film traite de questions sociales et d’activités illégales dans le port de New York des années cinquante. Fillon a-t-il vu ce film dans sa jeunesse ?

Publié dans COUPs DE GUEULE | Pas de Commentaire »

LA SAINT VALENTIN C’EST ETERNEL

Posté par jeanpierreblanpain le 14 février 2017

stval

Publié dans VIE QUOTIDIENNE | Pas de Commentaire »

QUAND LES HOMMES VIVRONT D’AMOUR

Posté par jeanpierreblanpain le 31 janvier 2017

 

C’est le titre d’une chanson écrite en 1956 par Raymond Lévesque,  artiste québécois. Elle a d’abord été chantée par Eddy Constantine, le plus français des chanteurs américains de cette époque. Elle avait été créée à l’origine pour dénoncer la souffrance du peuple algérien. Nos frères musulmans,qu’à l’époque le gouvernement français s’employait à réprimer. Elle est depuis célèbre grâce à sa  reprise par les canadiens Félix Leclerc, Gilles Vigneault et Robert Charlebois en  1974. Aujourd’hui elle est devenue une sorte d’hymne mondial en faveur de la tolérance, de l’amour entre les peuples, de la paix.

En apprenant ce massacre d’un groupe de fidèles musulmans dans une mosquée à Québec, cette chanson me revient à l’esprit. Ce tueur, que l’on qualifie de terroriste, c’est-à-dire un type qui agit par haine, pour foutre la merde, par idéologie, était certainement très conscient  que par ce geste il encourageait ceux qui ont déjà une image si négative du monde musulman. Ceux qui souhaitent,  sinon leur mort, au moins leur incarcération, leur disparition du monde chrétien et occidental. Ces fascistes en herbes, nord-américains mais aussi  européens, qui fourbissent leurs armes  en France ou dans d’autres pays européens espérant être bientôt au pouvoir.   Celui ou ceux (ils seraient deux ?) qui a tué et blessé ces musulmans a-t-il agi parce qu’il pensait avoir maintenant un boulevard devant lui, maintenant qu’un autre terroriste est au pouvoir aux Etats Unis, c’est-à-dire à peu de kilomètres du Canada ? Curieusement ce geste tombe au moment même où les frontières américaines se ferment encore plus aux  musulmans.

« Quand les hommes vivront d’amour
Il n’y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours
Mais nous nous serons morts mon frère
Quand les hommes vivront d’amour
Ce sera la paix sur la terre
Les soldats seront troubadours
Mais nous nous serons morts mon frère

Dans la grand’ chaîne de la vie
Où il fallait que nous passions
Où il fallait que nous soyons
Nous aurons eu mauvaise partie…
Quand les hommes vivront d’amour
Il n’y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours,
Mais nous, nous serons morts, mon frère…
Mais quand les homm’s vivront d’amour
Qu’il n’y aura plus de misère,

Peut-être song’ront-ils un jour
A nous qui serons morts, mon frère »

 

Publié dans COUPs DE GUEULE | Pas de Commentaire »

JOYEUX NOEL

Posté par jeanpierreblanpain le 18 décembre 2016

GLOIRE

Publié dans VIE QUOTIDIENNE | Pas de Commentaire »

DE LA CROUTE DE « VIEIL HOLLANDE »

Posté par jeanpierreblanpain le 2 décembre 2016

Comme tous les matins au p’tit dèj’ Je mange « salé », je mange du fromage. Et ce matin je finissais un reste de mimolette vieille. Dure, coriace, dangereuse pour les dentitions fragiles. La mimolette, jeune ou vieille, est un fromage inspiré des fromages dit de Hollande. Ces boules sphériques incoupables (ça ne veut pas dire « pas coupables »). D’ailleurs on l’appelle parfois « vieux Hollande ». Voila j’ai fini mon bout de vieux Hollande. C’est de l’histoire ancienne sur mon plateau de fromton. Et je pense à De Gaulle qui disait « Comment  diriger un pays où il y a 258 sortes de fromages ? ». Imaginez si en plus quand il y a dedans du vieux Hollande c’est quasiment impossible.

Ce matin ce qui m’attriste davantage c’est le départ au ciel des grands artistes du Géant Sénégalais Ousmane Sow. Personne  n’en parle à la radio. Alors que cet artiste est un monument de notre histoire de l’art contemporaine. J’avais vu en 1999,  une grande rétrospective de son œuvre sur le Pont des Arts à Paris. Si par hasard su’l’pont des zarts. C’était d’un beauté, d’une force d’une émotion exceptionnelle. Sans doute n’en parle-ton pas parce que ça se passe loin de chez nous, de l’art officiel blanc et européen. Surtout de l’art qui n’a rien à dire ni à exprimer. Ousmane Sow lui travaillait avec ses bras, ses mains, en bon ouvrier de l’art. Dans sa cour de Dakar. Les « artistes » de chez nous, ceux qui ont pignon sur rue, travaillent beaucoup avec  le vent, le baratin. Ce qu’on appelle le conceptuel.

En écrivant ça je ne peux m’empêcher de faire un rapprochement entre l’aspect de surface qu’ont les personnage d’Ousmane Sow et la croûte craquelée, brune, grise, qui se délite du vieil hollande.

sow 4

 

 

Publié dans VIE QUOTIDIENNE | Pas de Commentaire »

UNE IMAGE RAMASSEE A BERLIN DANS UNE RUE IL Y A 15 J.

Posté par jeanpierreblanpain le 11 novembre 2016

C’est écrit :  » Reality is one of the possibilities, I cannot afford to ignore » signé Leonard Cohen

  »La réalité est l’une des possibilités, Je le peux pas me permettre de l’ignorer ».

C’est très visionnaire de ce que nous vivons en ce moment.

l

Publié dans VIE QUOTIDIENNE | Pas de Commentaire »

LETTRES D’AMOUR

Posté par jeanpierreblanpain le 13 octobre 2016

 

1er  novembre 1961.

« Mon amour,

Il y aura une source de soleil, ruisselante, qui éclaboussera votre corps de lumière.

L’étoffe lourde et soyeuse de ses rayons ardents qui éclaboussera votre éblouissante nudité

Il  y aura vos regards humides, troubles comme l’étang, étincelant de clarté noire

Votre chevelure affolée de lueurs, votre chevelure comme l’olivier en flamme

Votre bouche écarlate, affamée, entrouverte sur la morsure à fleur de dents

Et ce sourire obsédant d’enfant tourmenté

Cette brûlure fulgurante du plaisir, qui vous déchire la peau et vous dévore les membres… »

9 novembre 1961.

« Amour…Amour…Amour,

Il y a des jours où on deviendrait fou  Je souffre chaque fois plus.

Si je te revois, je déserte…Je m’en fous, du reste. Il y a toi. Toujours toi, tu es pâle à côté, tout  me ramène à toi !

J’aurais dû te quitter quand il était encore temps. Quand on vous retire à moi, on me prend la vie.

Je n’ose pas regarder vos photos. Je n’ose plus penser à vous. Pardonne-moi, aujourd’hui, d’être faible. Oui, je peux vivre seul… Mais est-ce qu’on pourrait appeler ça vivre ? … Dans cette chambre, lorsque vous êtes venue, lorsque je vous caressais – immobile – une émotion m’est venue qui ne m’a plus quitté depuis, qui m’a bouleversé, m’a rempli de vous comme si vous vous étiez donnée de toutes les fibres de votre être… »

Jeudi 15 mars 1962.

« Tendre petite flamme

Voilà deux jours que j’attends, chaque midi et chaque soir, un coup de téléphone, une lettre – même froide – mais qui explique… Je pars à une heure cet après-midi. Est-ce que je ne saurais rien jusqu’à lundi ? Est-ce que je vais me traîner avec cette angoisse de votre silence ? Oh ! Si vous pouviez – juste un mot – quelque chose qui me dise que vous m’aimez… »

Lundi 9 juillet 1962

« Ce soir, enfin la Paix !!!

Oh mon âme, comme j’ai besoin de calme. Comment se fait-il que ces types ne peuvent s’arrêter un peu de parler pour rien ! On dirait qu’ils ont peur du silence. Comme s’ils craignaient de sentir le vide de leur existence intérieure.

Aujourd’hui, une grande joie : QUATRE lettres de vous !!! J’avais tellement soif de vous lire. Alors ?

Madame part en vacances, seule, à la conquête des plages bretonnes. Je suis triste : on était tous les deux sur cette petite plage, sur la falaise, et vous irez seule…et c’est  l’été !… »

On parle ordinairement de « bonnes feuilles » quand on est à court de vocabulaire. Ca fait partie du jargon journalistique. J’ai ouvert au hasard ce recueil de lettres qui fait 250 pages. 250 pages de très très  bonnes feuilles. « Tout est bon chez elles, ya rien à jeter », comme aurait dit Brassens. Impossible de choisir. Tout est magnifique. Formidable. Beau. Drôle. Poétique. Tendre. Doux. Chaud. En un mot AMOUREUX. Ce type de lettres que j’aurais aimé avoir envoyées à mon amoureuse. Mais je n’ai pas eu ce talent. En plus ces lettres, elles sont spontanées, je suis sûr qu’elles ont été écrites d’un seul jet à chaque fois, sans rature. Sans que la corbeille, à côté de la table se remplisse de boulettes de feuilles jetées, parce que ça n’allait pas.

Ces lettres ne sont pas écrites par qui vous pensez. Ni pour celle qui les a sorties d’un carton pour faire le buzz. Ou du bizz(ness). Si vous n’aviez pas compris, je veux parler des lettres que Mitterand a envoyées à Anne Pingeot. Non c’est mille fois mieux.

Ce recueil a été publié en avril 1987 chez Grasset. Il s’appelle « Lettres d’Amour d’un soldat  de vingt ans ». Le soldat c’est Jacques Higelin. Celle qui ouvrait sa boîte tous les jours pour les réceptionner, n’est pas citée. D’aucun disent que sans elle, Higelin n’aurait sans doute pas été Higelin. Quelle chance elle a eu ! Elles ont été écrites entre 1960 et 1962 alors que la Grand Jacques était soldat en France, en Allemagne et en Algérie.

 Il faut à tout prix les lire. Débrouillez-vous ! Je crois que ce livre est toujours « trouvable ». Sans doute en poche.  Sinon, il me semble qu’on peut en lire des extraits sur internet. En tout cas, c’est un livre dont je ne me séparerai jamais. Alors inutile de me demander de vous le prêter.

 

Publié dans VIE QUOTIDIENNE | Pas de Commentaire »

« SAVON D’ALEP »

Posté par jeanpierreblanpain le 7 octobre 2016

« Savon d’Alep », c’est le titre d’une des dernières chansons écrites et enregistrées par la très grande Michèle Bernard. Cette chanson figure bien sûr dans son dernier album paru en septembre « Tout’manière ». Superbe album qui a été récompensé par 4 clefs dans Télérama.

C’est très con, mais tous les jours en ce moment on parle partout dans les médias d’Alep, la ville martyre, le nouveau Guernica.Vive l’imagination débordante des journalistes ! Et je pense à cette chanson. Et je pense à Michèle Bernard, ce petit petit bout de femme qui est une géante. Ce qui est formidable c’est que pour parler de cette monstrueuse guerre de Syrie, dont la grande majorité des politiciens du monde se fiche, plutôt que de parler de bombes, de snipers, de ruine et de mort, très loin des clichés de café du commerce, elle a choisi de parler d’un simple savon.

C’est un savon fait avec de l’huile d’olive. Dans la Bible on raconte que Noé qui commençait à en avoir ras le bol de toute cette pluie au bout de 40 jours de navigation a lâché une colombe en guise de sonde météo. Et la colombe – symbole de paix depuis – est revenu à bord de l’Arche, avec dans son bec un rameau d’olivier.

Michèle Bernard serait-elle une colombe de notre temps ?

Capture

Publié dans COUPs DE GUEULE | Pas de Commentaire »

LA MAISON DE DIEU

Posté par jeanpierreblanpain le 6 octobre 2016

A propos de ce que je disais il y a quelques jours, sur cette église de 
St Etienne du Rouvray où des musulmans ont prié avec des cathos, et 
suite à la nouvelle que le projet de Grande Mosquée à Marseille est 
abandonné, il me revient en mémoire une vieille idée que j'ai depuis des 
années, une vieille idée qu'aucun politique n'a eu et n'aura jamais, il 
se compromettrait trop. Si Dieu pouvait en éclairer quelques uns : Chez nous,  les églises appartiennent aux municipalités 
qui ont à charge de les entretenir. La plupart du temps elles sont 
fermées. Au mieux elles ne servent que le dimanche et pas partout ni 
toute la journée. Alors faisons des églises, avec de petits aménagements, des lieux de cultes, de 
prière, d'amitié, mieux de fraternité et de vivre ensemble :
Le vendredi jour de prière musulmane l'église devient mosquée

le samedi elle devient synagogue

le dimanche elle est chrétienne.

Les autres jours elle serait ouverte à tous les hommes de bonne volonté.

Un seul et même Dieu, même si son Nom n'est pas le même, sous un seul toit.

Et bien sur il y aurait un coin "boutique" où tous les livres de prières 
et autres ouvrages de piété seraient proposés. De même des produits "dérivés" tels des chapelets, 
kippas, tapis, livres de cuisine, images, médailles, faut faire un peu de bizness, pour payer le chauffage. 

Ca rappellerait ce qu'on voyait naguère dans certains aéroports : un 
lieu de prière et de recueillement ouvert à tous avant de prendre son vol. A Lyon St 
Ex, j'ai l'impression qu'il n'existe plus.

Publié dans VIE QUOTIDIENNE | Pas de Commentaire »

12345...11
 

confidentiels |
1KAZOU, EXPOSE... |
jguytext |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bienvenu à Etoile
| Mes portraits à partir d'un...
| ArtDesign by Ellyn