LE MUR DE LA HONTE

Posté par jeanpierreblanpain le 5 décembre 2012

La cuvée 2012 du Salon du Livre et de la presse Jeunesse de Montreuil vient de s’achever. Comme d’hab : grande affluence. Grand succès. Des grands livres. De grands auteurs. De grands illustrateurs. Des éditeurs top niveau. La France en Europe est sans aucun doute le premier pays en matière de littérature jeunesse. Et je m’en réjouis. Faisant moi-même partie, très très modestement, humblement, des acteurs de cette forme d’édition.

Deux niveaux de stands remplis à ras bord de livres, d’affiches. Des hôtesses, des libraires. Bien sûr des éditeurs. Grands, qui ont un nom. Qui ont pignon sur rue. Des petits. Tout aussi talentueux, valeureux, généreux. Et le public qui vient voir les « vedettes » du livre jeunese. Pour avoir des dédicaces, des « orthographes », des petits dessins, des mots gentils qui vont donner au livre acheté une valeur sentimentale ou économique inestimable.

Il fait chaud. Très chaud. C’est bruyant. Trop parfois. Ca sent la fête. Fête du livre bien sûr. Mais aussi, surtout, fête des enfants. il y a aussi des spectacles. Des animations. Des expos. Des buvettes. Des stands de restoration (surtout au sous-sol).

C’est épuisant pour un « pro » du livre jeunesse…Heureusement…

….Il y a aussi, et surtout, inconnu du grand populo un étage supérieur (plus près du ciel ou du Bon Dieu) un « espace V.I.P. »

Immense salon avec d’immenses baies vitrées. Des larbins aux petits soins. Des fauteuils confortables. Des tables basses. Tu bois ce que tu veux. Gratoss. Tu es là pour glander. Te remettre des milliers de signatures, de deds’. Ou pour causer affaire avec un éditeur. Imaginer un futur chef-d’oeuvre. Causer gros sous. Bref tu es un V.I.P.

J’ai dit qu’il y a d’immenses baies vitrées. Et lorsqu’on se penche à une de ces baies. En bas, on peut voir l’interminable file des visiteurs qui font la queue pour entrer. Et le long de la rue un très long mur tagué ou graphé ou fresqué dans l’esprit illustration jeunesse. Et derrière ce mur  un campement de roms. Cabanes en planches en carton en palettes, en tôles. Bouillasse. Matelas pisseux de pluie ou de pipi. Ordures en tout genre. Enfants avec de grandes bottes qui jouent dans les détritus. Des feux miteux qui réchauffent quoi ?
D’un coté l’opulence. La débauche de biens superflus (les livres jeunesse) peut être leur gachi, et des éditeurs et tous ces  gens archi importants. De l’autre la misère honteuse, sale, qui pue,  cachée par un mur joyeux, branché qui montre que la culture se porte bien en France.

Laisser un commentaire

 

confidentiels |
1KAZOU, EXPOSE... |
jguytext |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bienvenu à Etoile
| Mes portraits à partir d'un...
| ArtDesign by Ellyn