QUAND LES HOMMES VIVRONT D’AMOUR

Posté par jeanpierreblanpain le 31 janvier 2017

 

C’est le titre d’une chanson écrite en 1956 par Raymond Lévesque,  artiste québécois. Elle a d’abord été chantée par Eddy Constantine, le plus français des chanteurs américains de cette époque. Elle avait été créée à l’origine pour dénoncer la souffrance du peuple algérien. Nos frères musulmans,qu’à l’époque le gouvernement français s’employait à réprimer. Elle est depuis célèbre grâce à sa  reprise par les canadiens Félix Leclerc, Gilles Vigneault et Robert Charlebois en  1974. Aujourd’hui elle est devenue une sorte d’hymne mondial en faveur de la tolérance, de l’amour entre les peuples, de la paix.

En apprenant ce massacre d’un groupe de fidèles musulmans dans une mosquée à Québec, cette chanson me revient à l’esprit. Ce tueur, que l’on qualifie de terroriste, c’est-à-dire un type qui agit par haine, pour foutre la merde, par idéologie, était certainement très conscient  que par ce geste il encourageait ceux qui ont déjà une image si négative du monde musulman. Ceux qui souhaitent,  sinon leur mort, au moins leur incarcération, leur disparition du monde chrétien et occidental. Ces fascistes en herbes, nord-américains mais aussi  européens, qui fourbissent leurs armes  en France ou dans d’autres pays européens espérant être bientôt au pouvoir.   Celui ou ceux (ils seraient deux ?) qui a tué et blessé ces musulmans a-t-il agi parce qu’il pensait avoir maintenant un boulevard devant lui, maintenant qu’un autre terroriste est au pouvoir aux Etats Unis, c’est-à-dire à peu de kilomètres du Canada ? Curieusement ce geste tombe au moment même où les frontières américaines se ferment encore plus aux  musulmans.

« Quand les hommes vivront d’amour
Il n’y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours
Mais nous nous serons morts mon frère
Quand les hommes vivront d’amour
Ce sera la paix sur la terre
Les soldats seront troubadours
Mais nous nous serons morts mon frère

Dans la grand’ chaîne de la vie
Où il fallait que nous passions
Où il fallait que nous soyons
Nous aurons eu mauvaise partie…
Quand les hommes vivront d’amour
Il n’y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours,
Mais nous, nous serons morts, mon frère…
Mais quand les homm’s vivront d’amour
Qu’il n’y aura plus de misère,

Peut-être song’ront-ils un jour
A nous qui serons morts, mon frère »

 

Laisser un commentaire

 

confidentiels |
1KAZOU, EXPOSE... |
jguytext |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bienvenu à Etoile
| Mes portraits à partir d'un...
| ArtDesign by Ellyn